UN CHANT ECARLATE de Mariama BA

Ce second roman de Mariama Bâ est paru à titre posthume, en 1981. Il aborde de nombreux sujets et brosse le portrait de deux sociétés durant la période post coloniale, au lendemain des indépendances. L’histoire d’un couple mixte usé par les traditions, les secrets, le poids des cultures différentes. De sa légère plume, Mariama Bâ, dépeint sans fards, une société qui a du mal à faire face aux changements et hésite entre la tradition et la modernité.

Ousmane, jeune sénégalais de condition modeste et Mireille, jeune française, fille de diplomate, se rencontrent sur les bancs du lycée, à Dakar, et tombent amoureux. Le père de Mireille ne veut pas d’un beau-fils Noir. Il renvoie sa fille en France. Les parents de Ousmane ne veulent pas non plus d’une belle-fille blanche. Ils craignent que cette dernière ne s’accapare Ousmane et les empêche de les voir. Chacun des amoureux continue sa vie sur deux continents différents jusqu’à ce que Ousmane aille « en vacances » en France. Les amoureux se retrouvent et se rendent compte que leurs sentiments se sont renforcés durant les années de séparation. Ils se marient et mettent leur famille devant le fait accompli. Mireille coupe les ponts avec les siens et se convertit à l’islam. Ousmane impose sa femme à ses parents, catastrophés. Un fils naît de cet amour, Gorgui.

Là, on se dit « quelle belle histoire d’amour!!! ». Eh bien non, sinon ce serait trop facile. Mirelle est snobée par sa belle-mère qui n’aura de cesse de trouver une « vraie épouse » à son fils. Ainsi, elle jette dans les bras de ce dernier, Ouleymatou qui avait repoussé les avances de Ousmane, trop fauché à son goût. Actuellement, elle le trouve très bien  puisqu’il a réussi. Les deux amants se fréquentent à l’insu de Mireille, se marient car Ouleymatou attend un enfant. Mireille va, peu à peu être abandonnée par son mari et sombrer dans la folie au point de commettre l’irréparable.

Encore une fois, Mariama Bâ nous dépeint crûment une société qui refuse d’évoluer et de s’ouvrir à l’autre. Elle nous montre la difficulté des couples mixtes à évoluer aisément dans des cultures différentes, les sacrifices d’une femme amoureuse face à la trahison de l’homme aimé.  Elle pointe du doigt les conséquences du poids sociétal, culturel et traditionnel dans la vie des hommes.

Ce livre hurle la douleur, la souffrance de l’abandon d’une femme dans un pays, une société dont elle ne maîtrise pas les règles, d’une femme lâchement abandonnée par un homme pour qui elle a tout quitté.  Combien de Mireille, Combien de Ousmane ont été broyés par le poids des traditions à travers le monde? Ce livre se lit avec les larmes, le sang, le cœur. Une fois refermé, l’âme a du mal à ne pas saigner car cette douleur résonne au plus profond de tout Humain.

Publicités

Publié par

signarelee

Je suis une passionnée de littérature étrangère. Mon rêve, vous faire découvrir les littératures d'Afrique et des Antilles. Surtout, les écrivains, méconnus pour la plupart. Vous êtes tous les bienvenus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s