Leïla Aboulela, écrivaine Soudanaise

One comment

L’auteure

AVT_Leila-Aboulela_5704Leila Aboulela est née en Égypte en 1964,. Cependant, elle grandit à Khartoum au Soudan. Sa mère est égyptienne et son père soudanais . Elle fait ses études à la Khartoum American School et à l’Université de Khartoum avant de se rendre en Angleterre et d’y obtenir un diplôme en statistique à la London School of Economics. Elle vit Doha, au Qatar.

Ses écrits

Voici ce que dit l’auteure à propos de ses écrits:« Mes romans reflètent une logique41-C2w3VrmL._SX310_BO1,204,203,200_ musulmane, mais mes personnages n’ont pas nécessairement un comportement de « bons » musulmans. Ils ne sont ni parfaits ni des modèles à suivre mais des personnages complexes qui essaient de pratiquer leur foi et de donner un sens à la volonté d’Allah dans des 51GMly-vweL._SX319_BO1,204,203,200_conditions difficiles ».

« Quand j’écris, je ressens du soulagement et de la satisfaction de voir que ce qui occupe mon esprit, ce qui me fascine et me trouble, est légitimé par la forme et la tension d’une histoire. Je veux montrer la psychologie, l’état d’esprit et les émotions d’une personne qui a la foi. Je voudrais aller en profondeur, ne pas regarder le mot «musulman» comme une identité culturelle ou politique, mais quelque chose de proche du centre,New Phototastic Collag quelque chose qui transcende mais ne nie pas le genre, la nationalité, la classe et la race. J’écris des fictions qui reflètent la logique 61aFgzrNQ3L._SX323_BO1,204,203,200_islamique; mondes fictifs où la cause et l’effet sont régis par une logique musulmane. Cependant, mes personnages ne se comportent pas nécessairement comme de «bons» musulmans; ils ne sont ni des idéaux ni des modèles. Ce sont, à mon sens, des personnages imparfaits qui tentent de pratiquer leur foi ou de donner un sens à la volonté de Dieu, dans des circonstances difficiles. »

La traductrice – Nouvelle – [1999, traduit en français en 2003]41JVZMTJ9KL._SX195_

Dans Le Musée [2002 publié en français en 2004] elle dresse un portrait satyrique de la société écossaise. Elle met en parallèle 51vQ+W+7GoL._SX324_BO1,204,203,200_la vie de deux étudiants, l’une Soudanaise, l’autre écossais. Ce roman a obtenu le Prix Caine

Le Minaret [2005, traduit en français en 2006] aborde l’exil, la difficulté de se reconstruire après avoir vécu des moments traumatisants.

Leïla Aboulela a écrit d’autres livres en anglais:  Coloured lights [2001], Lyrics Alleys [2010], The kindness of ennemies [2015], Elsewhere home [2018].

Ses prixNew Phototastic

Leila Aboulela a été primée à de nombreuses reprises: 2011 Commonwealth Writers Prize (Eurasia Region, Best Book), 2011 Scottish Mortgage Investment Trust Book Award (Fiction), 2003 Race and Media Award, 2002 PEN/Macmillan Silver Pen Award, 2000 Caine Prize for African Writing, 2000 Saltire Society Scottish First Book of the Year Award.

Publicités

1 comments on “Leïla Aboulela, écrivaine Soudanaise”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s