Abdourahman Waberi – Tours de chapelet pour Tombouctou

Une petite amphore remplie d’eau
Pour les ablutions rituelles

Dans le creux d’une vallée aride
Dans la joie du jour commençant

Dans le bruit et la germination du temps
je n’ai rien à moi – sauf la crainte de Dieu

C’est Dieu qui pourvoit à la vie
Qu’Il m’a donnée

Jusqu’à mon heure ultime
Où il ne fera point nuit

Comme un papillon de nuit
Qui se jette
Avec joie sur la flamme

Là où les étoiles brillent
Qu’en diagonale de nous

Catégories :

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s