MURMURE DES OMBRES

Longtemps ils sont partis, tous ces vieux compagnons !
Pieds nus sur la rosée des prés, de par les monts
Sous les chants des oiseaux ou au creux des vallons
Nous errions riant aux grands éclats
en sourdine le doux murmure des ruisseaux.

Oh ! Chers vieux compagnons des chemins des champs !
Je me rappelle, jadis, et l’entends encore
Sympathique, je l’entendrais toujours,
L‘écho de vos voix nostalgique !

En mes songes de vieux pasteur
Vos sourires font mes soleils et mes lunes !
Bien longtemps qu’ils sont partis
Par de là leurs regards absents
Par de là leurs mots suspendus
J’écoute avec l’aube la dialectique sacrée des masques !

Le souffle silencieux des ombres,
C’est le salut nostalgique de mes compagnons
Partis dès l’aube des temps, et qui
Demeurent si bavards dans mon cœur meurtri.

Le Poète de Dey-Ann.

 

Catégories :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s