L’amour est une histoire de sorcellerie – Nathalie Tientcheu – 2018

Pas de commentaire

Quatrième de couverture

Les femmes, c’est le point faible de Faustin, le polygame. Au grand dam de ses vingt-quatre enfants, vivant entre le Cameroun et l’Occident, qui cherchent désespérément à attirer l’attention du père, ce chef de village toujours en voyage. En France lorsqu’on aime on dit « je suis amoureux ». En Afrique on a tendance à dire « je ne sais pas ce que l’on m’a fait! j’ai été envoûté ». Bien souvent l’amour est assimilé à la magie noire. Et quoi d’autre? Sinon comment un homme de la trempe de Faustin, a-t-il pu perdre tous ses moyens et tomber sous le charme de Délice, Charline, Pauline, Catherine et Clotilde?! Lui en est sûr, il n’était pas dans son état normal! Il va devoir composer avec toutes ses femmes et ses nombreux enfants. Sont-ils d’ailleurs tous de lui? Peu importe! Il va s’évertuer à être un bon père et faire le nécessaire, même s’il donne l’impression à sa progéniture que l’amour paternel est secondaire.

Chronique

La polygamie est source de nombreuses théories. De nombreux problèmes. De nombreux fantasmes. Alors, quand une personne en parle en connaissance de cause, cela peut devenir intéressant. Surtout quand la famille est atypique. Le fil conducteur de cette histoire est la mère de la narratrice. Une mère amoureuse de son mari volage. Plutôt de son mari polygame. Ce qui n’empêche pas cette dernière à avoir un amant officiel au su et au vu de tout le monde, y compris de son époux fantôme.

L’amour est une histoire de sorcellerie est une fresque particulière d’une famille où personne n’a de place honorable à part la narratrice. Les hommes ne méritent aucune confiance et sont très loin du fils, du gendre idéal. Les femmes n’ont pas su faire le bon choix pour leur avenir, leur vie de couple. Et si finalement tous les soucis étaient dus à la sorcellerie qui semble être endémique au Cameroun? Si tous les déboires pouvaient se résorber suite à un désenvoûtement?

Chaque chapitre raconte l’histoire du point de vue d’un membre de la famille. Une histoire qui recoupe celle des autres et démontre combien la polygamie est complexe et différente selon les personnes. Des chapitres qui démontrent que les enfants ressentent la même chose quel que soit l’état matrimonial parental: une attention parentale. Un amour parental. Une histoire qui fait sourire quand l’auteur nous démontre que l’amour est une histoire de sorcellerie.

Note 15/20

9791030202670    Editions Fauves   252 p.    18€

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s