La Raparille – Fadel Dia – 2009

Quatrième de couverture

Dans le Saint-Louis du Sénégal du XIXe siècle, « raparille » du portugais « rapariga » (adolescente), désigne « une petite esclave ». La Raparille est un roman historique habilement mis en scène à travers des conversations qui se déroulent entre Toinette, une vieille signare, et Alphée, son notaire. La ville de Saint-Louis est alors au zénith de l’histoire coloniale. Les colons se sont appariés avec des femmes indigènes – noires puis métisses. Le notaire débat avec Toinette, veuve de maris successifs et en possession d’un confortable héritage, de sa volonté de léguer ses biens à Cathy, une « raparille » ramenée des zones de combat du Haut-Fleuve par les militaires qui l’ont remise à la vieille signare. Le récit de Toinette fait revivre, à travers sa propre histoire, la société saint-louisienne de l’époque, monde que l’auteur nous restitue avec justesse.

Chronique

Au crépuscule d’une vie, tout humain se pose et se retourne sur le chemin parcouru. Une manière de faire le point sur sa vie. Ses batailles. Ses joies. Ses peines. Un regard sur les êtres aimés et perdus. C’est le cas de Toinette, une signare qui a participé financièrement, économiquement, amoureusement à l’histoire de sa ville: Saint-Louis. Une femme qui a vécu intensément. Profondément.

Nous allons à la rencontre de deux femmes. L’une est au crépuscule de sa vie. L’autre représente l’aube fringante d’une destinée. Ces deux femmes n’auraient jamais dû se rencontrer. Mais l’histoire est telle, à Saint-Louis, que leurs destinées se sont mêlées. Une vie d’amour, de joies, de peines. Toinette a connu le gratin de la société. Les intellectuels cultivés. Ivres de leurs propres connaissances pour certains. Des européens riches. Au patrimoine immense. Elle a connu sa ville avant que cette dernière ne devienne une référence à travers le monde colonial. Sa raparille a connu le monde sous son plus mauvais jour avant que leurs destins ne se nouent.

La raparille est une histoire dans l’histoire du monde. Dans l’histoire du Sénégal. Dans L’histoire de Saint-Louis. C’est un voyage à travers des sentiments d’une grande force. C’est la rencontre d’une femme et de sa fille de cœur. Une enfant qui comble ses vieux jours comme elle a comblé la jeunesse blessée, ravagée de cette dernière. Une lecture en douceur. En force. Entre sourires et larmes. Entre tristesse et joie. Une lecture qui nous promène dans la création de cette ville qui deviendra la capitale de l’Afrique Occidentale Française. A une époque où les signares avaient presque le monopole du commerce. La raparille est un roman dont la lecture devient vite addictive. Enivrante. Un roman où chaque ligne, chaque page nous emmène à la rencontre d’une femme profondément humaine. D’une jeune fille profondément aimante. Deux femmes dans un monde en devenir.

Note 18/20

9782708707900    Ed. Présence Africaine    189 p.   18,30€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s