Le voile de la mariée – Kabira Béniz – 2021

Quatrième de couverture

Meryem est une jeune Marocaine heureuse, jusqu’à sa puberté où tout va changer. Son père organise un mariage traditionnel fastueux où la famille engloutit ses économies, Mais la nuit de noces ne se passe pas comme prévu et le mari, atteint dans son orgueil viril, préfère accuser son épouse et la maltraiter.

Elle décide de rejoindre Aïcha, sa soeur aînée qui vit en France. C’est sans papiers et à l’aide de passeurs qu’elle prend la mer. Arrivée à Paris, Meryem se fait femme de ménage sous l’identité de sa soeur, pour une bourgeoise égocentrique, un couple d’homosexuels accueillant et une compatriote prostituée, Ibtissam, qui devient son amie.

Elle fait la connaissance d’un Palestinien en attente d’un droit de séjour. Mais la période n’est pas propice aux étrangers clandestins et il risque l’expulsion tous les jours. Des attentats terroristes éclatent à Paris et Aïcha, musulmane respectueuse des traditions, sera parmi les victimes. Comment Meryem s’en sortira-t-elle ?

Chronique

Après un malheureux mariage, Meryem est répudiée. Elle se retrouve chez sa soeur Aïcha, une jeune veuve. Commence pour elle une nouvelle vie. Une vie faite de rencontres de personnages hauts en couleur. Aura t-elle une influence sur la vie de ces derniers? Que lui apportent-ils dans la vie de femme sans papiers travaillant sous une fausse identité?

La réalité la rattrapera d’une manière violente. Paris devient une ville ensanglantée par des attentats. Que deviendra Meryem? Que se passera t-il pour Aïcha, sa seule famille dans cette ville? Le contexte change pour Meryem et ses amis maghrébins. Comment meryem pourra t-elle faire afin de retrouver sa véritable identité? Pourquoi ne pas reprendre sa vie en main? La vie à Paris lui donne la force de réfléchir  et de prendre des décisions concernant son passé et son futur. La force de faire face aux coups du sort. Meryem va t-elle se perdre dans ces épreuves?

Le voile de la mariée est un roman qui se lit avec délicatesse. Sur la pointe des pieds, nous entrons dans le monde d’une violence qui ne dit pas son nom. Nous découvrons la répudiation à la marocaine, le monde des sans papiers et des apatrides. Nous retrouvons la violence des attentas et de leurs conséquences, leur lot de dommages colatéraux. Meryem devra continuer à vivre et à lutter. Avec force. Avec tendresse. Avec dignité. Avec une violente douceur.

Note 18/20

9782490580101   Ed. Le chant des voyelles   182 p.   17€

3 commentaires

  1. Ce thème est très intéressant dans la mesure où il fait appel à notre esprit en tant que littéraire et une idée faite sur la société marocaine

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s