Des cris sous la peau – Fatimata DIALLO BA – 2022

Quatrième de couverture

Une petite fille de 45 ans doit impérativement rentrer dans son pays, le Sénégal, pour assister au retour de La Mecque de sa tante qui l’a élevée. Figée dans l’enfance, la petite fille devra s’armer de courage pour trouver la force de grandir. Une quête de soi pour ne pas mourir avant d’avoir vécu. Il lui faudra accepter de rouvrir ses blessures d’enfance pour soigner son âme et aller à la conquête de l’âge adulte. Comment se passera ce retour en terre natale? Cette femme-enfant pourra-t-elle y puiser de nouvelles forces?

Chronique

Il existe des douleurs qui font une vie ou plutôt, s’y incrustent, la modèlent et se l’approprient. Elles envahissent l’être et malmènent son corps, son cœur, son âme. Elles minent toute vitalité et laissent une plaie béante, riche en souffrance. L’humain prend un malin plaisir à s’auto détruire et il le fait avec tact et précision. Il sait si bien dissimuler le mal, la noirceur de l’âme, la méchanceté, le silence complice, le sourire sournois, l’hypocrisie. Tout se fait dans un maudit silence. Fi des vies détruites. Fi des corps et  des âmes brisés. La vie continue. Sans remords.

Yandé est une femme qui a oublié de grandir. Qui a refusé de grandir. Malgré son époux et ses deux filles, le monde des adultes lui fait peur. La révulse au plus haut point. Ce monde n’a pas l’air fait d’amour, de tendresse, de compréhension, dans ses souvenirs. Alors, elle n’en veut pas et le rejette le plus loin possible d’elle. Pourra-t-elle toujours  garder ce monde de destruction qui se meut en elle? Comment faire pour devenir adulte? Son retour au pays apaisera-t-il ses peurs, ses souffrances?

Une vie ravagée. Tel est le sujet que nous fait découvrir l’auteure. Elle nous invite dans ce monde du silence coupable qu’affectionnent certaines familles. Un monde sourd, aveugle et muet à souhait qui permet aux consciences de ne point se torturer. De vivre sereinement. Ce voyage en terre familiale éveille les peurs de Yandé, les nausées aussi. Cependant, elle ressent le besoin d’y aller. C’est un besoin vital. La plume de l’auteure est alerte et fine. Elle permet de soulever des questions quant à la place de la femme, de l’enfant, de l’orphelin dans la société sénégalaise. Des questions se posent, des théories se créent. Une fois le roman fermé, il nous reste le sentiment d’une sorte d’impunité par rapport à certaines personnes. Un jour, peut-être, justice se fera.

Note 18/20

9782343254883     Ed. L’Harmattan Sénégal    148 p.    16€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s