LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

Fatime Fatou Fatoumata – Chantal Serrière – 2005

Chronique

Trois petites filles pleines de joie. Trois fillettes africaines qui jouent et vivent comme toutes les fillettes du monde. Elles jouent à faire comme les grands aussi. Toutes les fillettes du monde se reconnaitront en elles. C’est si beau. Si plein de vie.

Fatime Fatou Fatoumata est une petit livre superbe pour les enfants à partit de trois ans. C’est un petit livre qui invite à l’apprentissage de la lecture. C’est un petit livre dédié aux petites filles du monde entier. Entre nous, les petits garçons aussi seront curieux de le découvrir. Une curiosité à satisfaire volontiers.

Les caractères sont imprimés en gros. Ce qui facilite le décryptage et la lecture des mots. Des mots simples. Des phrases courtes qui aident à la compréhension du texte. Les croquis de Aboubacar Demba Bangoura sont faits à la gouache et ont des couleurs chaleureuses. Les pages, assez épaisses, permettent la prise en main par les enfants et, ainsi, se déchirent difficilement.

Les enfants découvrent la vie de petites filles dans un village africain. Ils découvrent aussi leurs jeux, leurs centres d’intérêt. Fatime Fatou Fatoumata sont pleines de vie, de joie comme tout enfant de leur âge. Des enfants qui se plairont à comparer leur vie à celle de ces trois fillettes. Ce qui donnera lieu à de nombreux échanges avec les parents. Echanges d’autant plus intéressants qu’à cet âge, l’imagination est débordante. De très agréables moments de partage parents-enfant en perspective.

Note 17/20

9782313326453  Editions Ganndal    16 p.   4€

Publicités

Grand Sanga, maître féticheur, preneur de sorciers – Boubacar Diallo (1er) – 2018

Quatrième de couverture

Oumar Kindi et Oumar Kenda sont reçus au BEPC. Mais qu’est-ce qui pousse leur mère à croire qu’ils sont poursuivis par une sorcière? De ville en ville, Oumar Kindi cherche à échapper à son sort. Qui pourra le délivrer?

Chronique

Des jumeaux heureux d’avoir réussi leur BEPC contrairement à leur demi-frère. Et si la co-épouse de leur mère décidait de se venger par jalousie? Et si elle était une sorcière? Voilà qu’Oumar Kindi tombe malade. Et si c’était vrai? Lui aurait – elle jeté un sort? Comment faire pour lui échapper?

Nous les accompagnons dans leur exil à travers le monde pour échapper à la sorcière. Oumar Kindi arrivera t-il à maitriser cette peur qui prend possession de tous ses sens? Finira t-il par croire ce que dit sa mère? Au fait, quels sont les signes qui prouvent qu’il est victime de sorcellerie? Avec beaucoup d’humour et un brin de folie, nous accompagnons ce jeune homme dans sa fuite en avant et dans ses grands moments de doute.

La lecture est aisée et facilitée par les croquis qui ornent chaque page et nous font sourire de cette situation tragi-comique. Les doutes d’Oumar Kindi se forgent de coincidence en coincidence. Et ce grand sorcier que l’on dit renommé, arrivera t-il à trouver celui qui en veut aux jumeaux? Les rituels s’enchaînent ainsi que les désenvoûtements. La vie continue. Oumar arrivera t-il à démêler le vrai du faux? Devra t-il croire le Grand Sanga, Maître féticheur, preneur de sorciers?

Note 18/20

9782350450926   Editions Ganndal    Collection La case à Palabres   54 p.   4€

Djembé jaune – Chantal Serrière – 2005

Quatrième de couverture

Dans ce petit ouvrage, tout premier accès à la lecture, les mots et leur musique se sont mis entièrement au service de la peinture. Rythme d’une partition musicale à deux voix où les aquarelles du peintre Aboubacar Demba Bangoura dit « Papus » révèlent au-delà des apparences, une Afrique lumineuse, avec ses enfants en marche. Un véritable enchantement…

Chronique

Une belle histoire autour d’un objet qui peut ou non être un Djembé. Peu importe, l’essentiel est de s’amuser. Fatime, Fatou et Fatimata, comme tout enfant des villages africains, savent s’amuser avec peu de choses. Il leur suffit d’avoir beaucoup d’imagination. Elles sont prêtes à danser. Elles en ont vraiment envie, ainsi que leur ami Mamadou. Et si cet objet était un Djembé? Pourquoi ne pas taper dessus pour faire danser les adultes aussi. Une histoire qui ferait bien danser les petits lecteurs tout comme ces petites filles.

Les croquis sont fait à la gouache et les couleurs sont chaleureuses et permettent au lecteur de mieux visualiser l’histoire qu’ils sont en train de lire. C’est un livre d’apprentissage à la lecture pour les enfants de plus de trois ans qui leur mettra des étoiles dans les yeux. Les mots se lisent comme une poésie ou un slam. Ils se lisent au son du djembé. Un djembé qui est le lien qui unit le village. Grands et petits. Jeunes et vieux. Un djembé qui amène la joie aux villageois. Tous aiment danser.  Surtout quand il y a un djembé jaune.

Note 17/20

9782913326316   Editions Ganndal    16 p.    4€

 

 

Bras de fer pour un ballon – Augustin Mansaré – 2018

Quatrième de couverture

Salif n’a qu’un rêve, devenir champion de foot! Son père voit ça tout autrement, à quinze ans on étudie. Qui sera le vainqueur de ce bras de fer entre foot et étude?

Chronique

Salif, comme beaucoup de jeunes gens de son âge adore le foot. Il est fan du Barça et de Messi. Son rêve? Devenir footballeur comme son idole. Un rêve qui pourrait être contrarié par son père. Comme tout parent, ce dernier pense que les études sont plus importantes et sont le gage d’un avenir plus sécurisant  que le football. Comment faire pour convaincre ce père réticent? Sera t-il un jour un grand footballeur? Salif est perdu.

Bras de fer pour un ballon nous parle d’un rêve. Celui d’un jeune homme de quinze ans pour qui le foot représente toute sa vie. C’est le récit d’une bataille opiniâtre pour accéder à ce rêve qui, pour le moment, semble hors de portée. Comment faire pour sensibiliser son père à sa passion? C’est une histoire pleine de force. Une histoire pleine de réalisme et de force de caractère pour un si jeune adolescent.

Bras de fer pour un ballon est un roman jeunesse qui passionnera les fans du ballon rond. Et pas seulement ces derniers. La lecture se fait d’une traite et est aisée. Les chapitres sont courts. Nous nous surprenons à nous attacher à ce jeune homme et à son rêve si réaliste. Ce jeune homme qui est prêt à faire un bras de fer pour un ballon.

Note 17/20

9782350450865   Editions Ganndal   Collection Gos &Gars   68 p.   3,90€

En attendant la lune… – Mabety Soumah – 2017

Quatrième de couverture

Mamy raconte des histoires mystérieuses au clair de lune, les copines parlent de leurs secrets de filles, Mustapha tente sa chance… Mais Marianne tourne dans ses pensées. Elle attend. Quoi au juste? Elle aimerait bien le savoir. Ce n’est pas toujours facile d’avoir 15 ans…

Chronique

L’adolescence est un moment clé pour tous. Garçons ou filles, les questions hantent les nuits. Les comparaisons avec les autres sont nombreuses. Les histoires abracadabrantes foisonnent alimentées par les « on dit« , les expériences supposées vécues d’amis, etc. Dans certaines régions africaines, l’éducation sexuelle est un mythe. Les découvertes sont faites en général peu avant le mariage ou le jour même. De manière succincte. Ce sont des femmes âgées qui s’en chargent. Marianne n’échappe pas à la règle. A quinze ans, elle ne ressemble pas à ses copines du même âge. Qu’est ce qui la différencie de ces dernières? Quel est le problème de cette adolescente? Pourquoi ne peut-elle pas en parler autour d’elle?

En attendant la lune… s’adresse à ces jeunes adolescents pour qui leur corps est un mystère. L’Afrique traditionnelle a du mal à parler de sexualité. Ce roman permet à ces jeunes de comprendre leur corps. De découvrir les changements qui interviennent. De tordre le cou à certaines idées reçues. De faire de la prévention à travers le mal-être d’une jeune fille qui se sait différente de ses amies.

La lecture se fait d’une traite et nous nous étonnons de l’ignorance de Marianne et de son désir d’en savoir plus sans trop oser poser des questions.  Une attitude propre à tous les adolescents pour qui leur corps est une quatrième dimension. Heureusement, sa grand-mère est là pour la conseiller et la guider, jouant ainsi pleinement son rôle de transmission de connaissances. Avec Marianne, nous rions, nous nous questionnant et nous nous poussons un ouf de soulagement, en attendant la lune…

Note 16/20

9782350450834   Editions Ganndal    Collection Gos & Gars   66 p.   3,90€

 

Le mouton de Modibo – A. Pellel Diallo – 2007

Chronique

Dans la plupart des cours, en Afrique, il y a un mouton, objet de grandes attentions car il protège la famille qui l’héberge. Ah, l’Afrique et ses mystères… Une famille. Une jeune femme, Fanta, au service de cette famille. Un mouton protecteur, objet de toutes les attentions surtout de celles du maître de maison. Ce mouton est une bénédiction. Il est sous la garde de Fanta. Mais, un jour, il disparaît. Où est-il? L’a-t-on volé? S’est-il échappé? Pourquoi personne n’a rien vu? En particulier Fanta qui s’occupe de tout et de tous dans la maison malgré ses treize ans?  Où était-elle quand cela est arrivé?

Tout comme Fanta, nous sommes surpris d’apprendre l’absence de ce bélier. Nous l’accompagnons dans ses recherches. Nous comprenons sa peur, ses doutes, son angoisse. Où est le mouton? Va t-elle le retrouver? Modibo lui a interdit de revenir sans son bélier. Comment faire? Que va t-elle devenir si elle ne le retrouve pas? Comment peut-on préférer un mouton à un être humain, même si c’est un mouton qui protège la famille? Comment peut-on laisser, de nuit, une enfant à la rue? Modibo entendra t-il raison?

Le Mouton de Modibo est un roman pour jeunes à partir de six ans, qui parfait l’apprentissage à la lecture. Les caractères sont moyens et facilitent la lecture. Il se lit d’une traite tant l’inquiétude nous étreint quant au sort de la petite Fanta. Tant l’histoire nous prend aux tripes, au cœur, à l’âme. Nous nous surprenons à croiser les doigts pour que cette jeune enfant retrouve le bélier et intègre son domicile. Les dessins sont superbes et illustrent magnifiquement l’histoire que nous suivons dans une lecture addictive. Le lien entre tradition et modernité est intéressant et peut pousser la jeunesse à réfléchir sur le travail des enfants, sur le sort des  bonnes à tout faire. Sur la nécessité de la scolarisation pour tous. Une histoire très prenante qui peut réconcilier la jeunesse et la lecture.

Note 18/20

9782350450209   Editions Ganndal   Collection La case à palabre   24 p.    6€