LITTERATURE D'AILLEURS DE LEE HAM

Le silence du totem – Fatoumata Ngom – 2018

Quatrième de couverture

Sitoe Iman Diouf est une brillante anthropologue qui travaille au Musée du Quai Branly. Elle fait, dans les réserves du musée, une découverte mystérieuse qui va bouleverser son existence et la vie qu’elle menait jusque-là avec son mari et son fils…

Chronique

Sitoe, jeune femme sérère (ethnie du Sénégal) a grandi en baignant dans les traditions de ses ancêtres grâce à son grand-père, Gardien des Cultes. Un grand-père qui a toujours répondu avec empressement à ses questions de petite fille curieuse. Ce qui orientera son choix de carrière. Choix qui la confrontera plus tard à peut-être faire face à  ses souvenirs d’enfance.

Le silence du totem est un retour aux traditions et aux cultes des Ancêtres d’une jeune femme moderne qui en a été éloignée par la vie. C’est une redécouverte trépidante de ses souvenirs d’enfance. Des cultes familiaux. Des mystères traditionnels. C’est un voyage initiatique à la redécouverte des totems d’un village. A la découverte d’un peuple. Sitoe devra faire appel à ses souvenirs pour honorer ses ancêtres et peut-être permettre aux totems de retrouver leur terre natale. Cela sera-t-il possible? Comment réagiront ses collègues du Quai Branly? L’appel des totems, des ancêtres sera t-il entendu?

Le silence du totem. Une lecture agréable qui nous emporte dans les rites sérères. Dans les mystères de l’Afrique animiste. C’est un roman qui nous emporte dans des découvertes culturelles et nous fait faire un retour au bois sacré. Rêve ou réalité? Nous suivons une longue enquête qui mettra Sitoe face à elle-même. Face à ses oublis de la terre natale. Face à cette partie de sa vie qu’elle a obturée. Face à l’histoire de sa famille, de son village. Pourra t-elle contenter les totems? Les Ancêtres? Pourra t-elle restaurer ce qui a été amputé? Les totems familiaux accepteront-ils de pardonner? Pourront-ils se réapproprier cette place qui était la leur? Il faudra peut-être faire beaucoup d’efforts pour briser le silence du totem.

Note 18/20 

9782343141794    Editions L’Harmattan   Collection Ecrire l’Afrique   234 p.    21€

 

 

Publicités

Les femmes détenues en Algérie – Fadhila Mouzaoui-Koudjil – 2017

Quatrième de couverture

Ce livre porte sur les femmes incarcérées en Algérie et sur leur réinsertion. L’auteure s’interroge sur le sens que les acteurs [prisonniers et personnel pénitentiaire] confèrent aux notions de peine ainsi que les moyens mis en oeuvre pour atteindre cet objectif. Dès lors, l’auteure a élaboré son champ d’investigation par entretiens approfondis et questionnaire lors d’une enquête menée dans des établissements pénitentiaires auprès des femmes et du personnel à mettre en évidence la trajectoire de réinsertion, les stratégies  identitaires, des profils de détenues […]

Chronique

Les matières telles que l’anthropologie, l’ethnologie, la sociologie, sont de grandes passions pour moi. Je me suis toujours intéressée à la question de la prison à travers le monde. Encore plus quand il s’agit de femmes enfermées dans ces institutions. Elles sont épouse, mères, sœurs, filles. Comment vivent-elles leur incarcération? Comment cela se passe t-il pour le Algériennes? Quel regard porte la société Algérienne sur ces femmes?

Les femmes détenues en Algérie est présenté comme un mémoire. C’est une analyse détaillée du Milieu Carcéral, de ses règles, de son mode de fonctionnement et des projet mis en place pour la réinsertion sociale de ces femmes. Ces femmes emprisonnées, détruites par leur statut de prisonnière, par le regard de la société, par l’histoire de leur parcours avant et après l’emprisonnement.

Les femmes détenues en Algérie est un regard critique sur le rôle de la prison dans la vie de ces femmes qui, pour la plupart sont rejetées par la société voire menacées de mort par leur famille (surtout dans le cas de prostitution). Cet essai pointe une situation récurrente dans ce pays: des femmes dont la prise en charge est difficile dans le milieu carcéral. C’est un essai qui ravirait de nombreux travailleurs sociaux.

Les femmes détenues en Algérie nous présente une situation de la femme dans un milieu qui n’a rien de prévu pour elle. Certaines en profitent pour amorcer un nouveau départ entreprenant des études. Cependant, elles ne sont pas très nombreuses. La société n’est pas prête à les accueillir malgré quelques timides programes de réinsertion. La société n’est pas prête à les aider à retrouver leur identité d’avant l’incarcération ou à se réinsérer dans le tissu social.  Finalement, cette analyse pointue  pourrait être le fait de nombreuses femmes à travers le monde. De femmes qui ont les mêmes soucis que les femmes détenues en Algérie.

Note 17/20

9782343136141   Editions l’Harmattan   301 p.   31,50€