Holy Dolores – Poétesse Ivoirienne

de chair et de sangMarjorie Goué est née en Côte d’Ivoire. Sous le nom de plume de Holy Dolores, elle a publié un recueil de poésie en 2016.  De chair et de sang qui retrace sa vie à travers les épreuves, les joies, les peines vécues. Ce recueil poignant retrace aussi l’histoire contemporaine de la Côte d’Ivoire,holy dolores surtout durant la guerre (2001-20011).

Très jeune, elle écrivait des poèmes et a été lauréate de plusieurs prix scolaires et nationaux. Elle écrivait « pour assouvir un besoin personnel« . En 2012, elle a été éditée dans une anthologie de la poésie « tendresse et passion« . Actuellement, Holy Dolores est rédactrice et anime un blog « L’autre Afrique » qui démontre son attachement à son continent et son désir de montrer toutes les richesses culturelles de ce dernier.  L’Autre Afrique Holy Dolores

Publicités

Regard blessé – Rabah Belamri – 1987

QUATRIEME DE COUVERTURE

Algérie 1962: à la veille de l’Indépendance, dans un village meurtri par sept années de guerre, Hassan âgé de quinze ans, commence à perdre la vue à la suite d’un décollement de rétine. Devant l’impuissance de la médecine moderne à guérir l’enfant, la mère recourt à la magie et aux médecines traditionnelles: marabouts, sorciers et charlatans multiplient les traitements cocasses et dangereux.

L’adolescent vit une double tragédie: les progrès implacables de son mal et l’histoire de son pays faite de douleurs et d’incertitudes. Et pourtant Hassan le merveilleux sait rire et désirer, souffrir et apprendre, visiter sa mémoire en feu et observer la vie autour de lui, tendre, folle et cruelle.

 

MON AVIS

Ma découverte de cet auteur date de plusieurs décennies. J’ai de suite adoré sa plume simple, colorée, humoristique, plongée dans les sentiments, dans l’âme humaine. Intimement. Profondément. Humainement. Ce qui m’a changé d’autres écrivains Maghrébins que j’adore, mais que je trouve souvent torturés. regard blessé

En lisant ce roman, je me suis demandée s’il s’agissait d’une autobiographie. Hassan, le héros, perd la vue durant son adolescence, tout comme l’auteur. Avec beaucoup d’humour, de tendresse, on assiste aux médications plus ou moins folkloriques faites par une mère désespérée de chagrin, d’amour filial. Le regard du jeune Hassan est sans fard. Il est conscient que ces actes aggravent son cas.

Rabah-BelamriOn entre en douceur dans cette histoire. On s’y promène, emporté par la poésie du conteur, par ses mots simples mais si profonds. Comme tout bon conteur, Rabah Belamri sait utiliser les mots, les faire chanter. On se régale à chaque phrase, à chaque chapitre. Cette situation qu’il a vécu pourrait le rendre triste, nostalgique, mais, elle est contée avec beaucoup de talent, d’humour. On plonge lentement dans les ténèbres avec Hassan, imperceptiblement. La cécité nous tombe dessus  nous laissant, comme à Hassan, des souvenirs pleins la tête, des scènes de vie et une envie de vivre incroyable.

Ce roman est un hymne à la vie, à une envie de mordre la vie à pleines dents et à avancer, en gardant en tête les bons comme les mauvais moments, tout en les sublimant avec beaucoup d’humour. Un livre à lire, à relire, encore et encore car c’est une vraie leçon de vie.