Fousseni Togola, écrivain, philosophe et bloggeur Malien – 1989

Fousseni Togola est né le 19 septembre 1989 à Fana (Mali). Il fait toutes ses études dans son pays et est titulaire d’un Master en philosophie, matière qu’il enseigne actuellement. Il est membre de la Communauté des Bloggeurs du Mali (Comiblog). Il est aussi l’auteur de romans et d’essais qui dénoncent la face obscure des politiciens, de la politique. Voici ce qu’il dit de lui  » La majeure partie de mes ouvrages sont des essais philosophiques et politiques. Jusque-là, je n’ai publié que deux romans dont le second constitue un roman philosophique. « 

Du-sommeil-dogmatique-au-reveil-farouche-chronique-de-vampDu sommeil dogmatique au réveil farouche : chronique de Vampirebougou (bougou signifie ville, village, quartier ou État). Les vampires désignent tous les dirigeants sanguinaires ainsi que tous les citoyens malhonnêtes dans nos régimes démocratiques. Les attitudes que je qualifie de vampiristes sont fréquentes parce que les citoyens se trouvent dans l’État d’inconscience [ce qui explique] le sommeil dogmatique. Ce sommeil annonce toutefois un beau jour parce que ce peuple inconscient et insouciant se réveillera pour lutter contre ces51qUpSDsf8L._SX331_BO1,204,203,200_ attitudes « violationnistes ».

Des démocraties en cause – Chronique de Bidougou : Bi signifie aujourd’hui et dougou veut dire ville, village, quartier, État-  évoque également les maux des démocraties modernes et notamment le changement climatique voire l’insécurité alimentaire. L’accentuation de tous ces problèmes est décrite comme étant de la responsabilité des citoyens, mais sans la résolution desquels la stabilité recherchée par 31Tc0FVZcjL._SX327_BO1,204,203,200_nos États sera difficile d’accès.

L’Enfant philosophe t1 : de la métaphysique Ce roman philosophique constitue une apologie de la condition enfantine dans maints États. Ces êtres considérés comme immatures se voient écarter de toutes les considérations humaines. Je mets en scène un enfant imaginaire qui aborde des questions strictement métaphysiques avec son père. Les questions de la mort, du bien et du mal, de l’au-delà, de l’égalité genre, etc., abordées et résolues partiellement par cet enfant.

Le terrorisme : chronique d’un orphelin de guerre – évoque la situation des enfants41DBF9G3wiL._SX331_BO1,204,203,200_ victimes du terrorisme dans le monde. Seydou est cette figure qui représente toutes ces enfances privées de leur joie de vivre par leur situation d’orphelins, obligées de vivre dans la souffrance et donc de mener des activités illicites voire devenir l’ennemi de leur nation comme fit Seydou qui finit par rejoindre le camp terroriste qui extermina ses parents. Les enfants-soldats constituent une conséquence de cette situation. Il convient de la part de nos États de prendre grand soin de tous ces enfants devenus orphelins pour qu’ils ne rejoignent pas ces groupes terroristes et finissent par devenir des kamikazes.

loupNataba et le Roi Loup – publié sous le pseudonyme T. Fouscovski, évoque le problème du favoritisme, de l’hypocrisie ainsi que des vertus comme le pardon, le compromis, etc. Ce livre est juste le reflet des réalités exactes de la société malienne.

Le Mali de 2013-2018 : du règne de l’obscurantisme – publié sous leobcurantisme pseudonyme T. Fouscovski est une analyse critique sur les épines de la démocratie malienne de ces cinq dernières années. Une démocratie caractérisée par les violations graves des droits de l’homme sur tous les plans et notamment sur le plan de la liberté d’expression, mais aussi de l’inversion totale des valeurs maliennes, des violences dans les espaces universitaires jusqu’au problème du terrorisme voire de la laïcité.

musoya (2)Féminitude : Musoya – Cet ouvrage qui doit bientôt paraître chez Innov Éditions, une jeune maison d’édition malienne qui se veut féministe, évoque la situation que vivent les femmes dans nos sociétés, des sociétés dans lesquelles, elles sont sans voix, déconsidérées. La féminitude se veut alors un cri pour la considération du statut des femmes.

 

 

 

 

 

 

Publicités

Lisahohe – Théo Ananissoh – 2005

L’auteur

Théo Anissoh est un écrivain togolais né en Centrafrique en 1962. Il vit actuellement en Allemagne.

 

Mon avis

Un crime dans une ville, Lisahohe. Un criminel est rapidement arrêté. Durant tout le roman, c’est le récit du personnage principal qui va interroger ce crime commis quinze ans plus tôt. La ville a changé et les interrogations naissent. Qui est le vrai criminel?

Ce récit est lent. On avance doucement. Les souvenirs se mêlent à la quête de vérité.  Les errements du narrateur, les flash backs ralentissent l’histoire. On se sent ballotté entre les souvenirs et l’enquête. Par contre, on découvre le monde politique et ses coulisses, ses côtés sombres. Cette quête de vérité nous permet de découvrir le narrateur tiraillé entre sa nostalgie et son impression d’être étranger dans sa propre ville. toute l’histoire tourne autour de ce passé brumeux. Il est vrai que l’intrigue est le fil rouge. Les interrogations quant aux mobiles du crime et à son auteur nous accompagnent durant toute la lecture.

Il s’agit du premier roman de l’auteur et ce n’est pas mon roman préféré de Théo Ananissoh. Ce que je n’ai pas vraiment aimé, ce sont les incursions du narrateur dans ses souvenirs. Les flash-backs m’ont un peu gênée et je me suis sentie aussi perdue que ce pauvre Paul. Cependant, j’avoue l’avoir lu d’une traite car le roman ne compte que 136 pages. On peut le lire tranquillement après une journée bien chargée, juste histoire de penser à autre chose. L’écriture est simple, aisée. Je vous invite à le lire car il pourrait vous plaire et vous faire passer un bon moment au coin du feu.

 

Bibliographie

  • 2005 Lisahohe
  • 2007 Un reptile par habitant
  • 2009 Vingt ans plus tard
  • 2010 Ténèbres à midi