Fousseni Togola, écrivain, philosophe et bloggeur Malien – 1989

Fousseni Togola est né le 19 septembre 1989 à Fana (Mali). Il fait toutes ses études dans son pays et est titulaire d’un Master en philosophie, matière qu’il enseigne actuellement. Il est membre de la Communauté des Bloggeurs du Mali (Comiblog). Il est aussi l’auteur de romans et d’essais qui dénoncent la face obscure des politiciens, de la politique. Voici ce qu’il dit de lui  » La majeure partie de mes ouvrages sont des essais philosophiques et politiques. Jusque-là, je n’ai publié que deux romans dont le second constitue un roman philosophique. « 

Du-sommeil-dogmatique-au-reveil-farouche-chronique-de-vampDu sommeil dogmatique au réveil farouche : chronique de Vampirebougou (bougou signifie ville, village, quartier ou État). Les vampires désignent tous les dirigeants sanguinaires ainsi que tous les citoyens malhonnêtes dans nos régimes démocratiques. Les attitudes que je qualifie de vampiristes sont fréquentes parce que les citoyens se trouvent dans l’État d’inconscience [ce qui explique] le sommeil dogmatique. Ce sommeil annonce toutefois un beau jour parce que ce peuple inconscient et insouciant se réveillera pour lutter contre ces51qUpSDsf8L._SX331_BO1,204,203,200_ attitudes « violationnistes ».

Des démocraties en cause – Chronique de Bidougou : Bi signifie aujourd’hui et dougou veut dire ville, village, quartier, État-  évoque également les maux des démocraties modernes et notamment le changement climatique voire l’insécurité alimentaire. L’accentuation de tous ces problèmes est décrite comme étant de la responsabilité des citoyens, mais sans la résolution desquels la stabilité recherchée par 31Tc0FVZcjL._SX327_BO1,204,203,200_nos États sera difficile d’accès.

L’Enfant philosophe t1 : de la métaphysique Ce roman philosophique constitue une apologie de la condition enfantine dans maints États. Ces êtres considérés comme immatures se voient écarter de toutes les considérations humaines. Je mets en scène un enfant imaginaire qui aborde des questions strictement métaphysiques avec son père. Les questions de la mort, du bien et du mal, de l’au-delà, de l’égalité genre, etc., abordées et résolues partiellement par cet enfant.

Le terrorisme : chronique d’un orphelin de guerre – évoque la situation des enfants41DBF9G3wiL._SX331_BO1,204,203,200_ victimes du terrorisme dans le monde. Seydou est cette figure qui représente toutes ces enfances privées de leur joie de vivre par leur situation d’orphelins, obligées de vivre dans la souffrance et donc de mener des activités illicites voire devenir l’ennemi de leur nation comme fit Seydou qui finit par rejoindre le camp terroriste qui extermina ses parents. Les enfants-soldats constituent une conséquence de cette situation. Il convient de la part de nos États de prendre grand soin de tous ces enfants devenus orphelins pour qu’ils ne rejoignent pas ces groupes terroristes et finissent par devenir des kamikazes.

loupNataba et le Roi Loup – publié sous le pseudonyme T. Fouscovski, évoque le problème du favoritisme, de l’hypocrisie ainsi que des vertus comme le pardon, le compromis, etc. Ce livre est juste le reflet des réalités exactes de la société malienne.

Le Mali de 2013-2018 : du règne de l’obscurantisme – publié sous leobcurantisme pseudonyme T. Fouscovski est une analyse critique sur les épines de la démocratie malienne de ces cinq dernières années. Une démocratie caractérisée par les violations graves des droits de l’homme sur tous les plans et notamment sur le plan de la liberté d’expression, mais aussi de l’inversion totale des valeurs maliennes, des violences dans les espaces universitaires jusqu’au problème du terrorisme voire de la laïcité.

musoya (2)Féminitude : Musoya – Cet ouvrage qui doit bientôt paraître chez Innov Éditions, une jeune maison d’édition malienne qui se veut féministe, évoque la situation que vivent les femmes dans nos sociétés, des sociétés dans lesquelles, elles sont sans voix, déconsidérées. La féminitude se veut alors un cri pour la considération du statut des femmes.

 

 

 

 

 

 

Publicités

Roland Brival – 1950 – Touche à tout Martiniquais

Roland Brival est un auteur Martiniquais né en 1950. Il a grandi en France. Cet  artiste porte de nombreuses casquettes. Tout d’abord, c’est un artiste complet. Il est en effet, peintre, sculpteur. Ce qui lui a permis pendant longtemps de vivre entre Paris, Londres et New York où il a fait de nombreuses expositions. Il est aussi un homme de scène._brival_roland_ D’ailleurs, jusqu’en 1985, en Martinique, il a dirigé une troupe théâtrale: Boua Boua. En tant qu’artiste, il est aussi chanteur et musicien, auteur pour chansons d’enfants , entre autres, jazzman.

Comme si cela ne suffisait pas, il a été critique littéraire pour le magazine Elle. Roland Brival est un écrivain à part entière. Il a été ordonné chevalier des Arts et Lettres en 2013. Il est aussi titulaire de prix:

  • 1985 Prix Littéraire des Caraïbes de l’ADELF pour Tambours de Gaobrival
  • 2000 Prix du livre RFO pour Biguine Blues

Les romans de Roland Brival reflètent sa créolité. Il aborde souvent des sujets qui touchent des pans oubliés de l’histoire des Caraïbes, Par exemple, dans le dernier des Aloukous.  Il aborde aussi un sujet qui lui tient à cœur, le métissage. A travers ses écrits, on ressent son héritage musical car ses mots ont une belle résonnance. Roland Brival est une grands richesse pour le patrimoine Créole.

Bibliographie

  • 1978 Martinique des cendres
  • 1982 le sang du roucou
  • 1983 La montagne d’ébène
  • 1985 Les tambours de Gao
  • 1986 No man’s land
  • 1991Le chevalier de saint Georges
  • 1996 Le dernier des Aloukous
  • 1998 Bô
  • 1998 Bienvenue à Fort de France – nouvelle
  • 1999 Biguine Blues
  • 2000 La robe rouge
  • 2001 Sang-mêlé – nouvelle
  • 2002 En eaux troubles
  • 2004 Coeur d’ébène
  • 2004 Berlin, Berlin – Nouvelle
  • 2005 Un amour de Saanbad
  • 2007 L’ensauvagé
  • 2010 Antilles: secrètes et insolites
  • 2016 Nègre de personne
  • 2017 Sato San le maître des corsets
  • 2018 Les fleurs rouges du flamboyant

Rachid Boudjedra, écrivain Algérien controversé

Rachid Boudjedra est né le 5 septembre 1941 en Algérie. Il fait des études de philosophie à la Sorbonne. Matière qu’il enseignera avant de devenir conseiller au Ministère de la Culture en Algérie. Il écrit aussi bien en arabe qu’en français. Il est l’auteur de romans, nouvelles, poésie, théâtre, scenarii. C’est un écrivain complexe. Atypique. Révolté. Athée autoproclamé. Surtout, vindicatif. De plus, il adore bousculer les habitudes, les mentalités, parlers des interdits de la société Algérienne.boudjera_726822328

Cette révolte contre l’ordre du monde se ressent dans chacun de ses écrits. On ressent sa colère contre un monde qui n’est pas ce qu’il s’en représente. Lire Rachid Boudjedra, c’est entrer dans un monde torturé. Ses héros sont à la limite de l’obsessionnel. Ce qui rend ses écrits intéressants et fait de Rachid Boudjedra l’un des meilleurs écrivains du Maghreb, bien que décrié suite à ses nombreuses attaques contre ses congénères.

Personnellement, je pense que cet écrivain est une énigme. après avoir lu ses romans, j’ai pensé qu’il était aussi torturé que ses personnages. Le lire est une aventure car on ne sait jamais où l’on va. Ce que j’aime chez lui, c’est sa manière de jeter aux orties les idées des « bien pensants », de la société qui l’entoure, des traditions ancestrales, des non dits.

 

Bibliographie

  • 1965 Pour ne plus rêver – Poésie
  • 1969 La répudiation
  • 1971 La vie quotidienne en Algérie
  • 1971 Naissance du cinéma Algérien
  • 1971 Les 1001 années de la nostalgie
  • 1972 Journal Palestinien
  • 1975 Topographie idéale pour une agression caractérisée
  • 1977 L’escargot entêté
  • 1981 Extinction de voix – Poésie
  • 1981 Le vainqueur de coupe
  • 1982 Le démantèlement
  • 1984 La macération
  • 1985 Greffe
  • 1987 L’insolation
  • 1987 La prise de Gibraltar
  • 1987 La pluie
  • 1991 Le désordre des choses
  • 1992Fils de la haine
  • 1992 Philip Djian
  • 1994 Timimoun
  • 1995 Mines de rien – Théâtre
  • 1995 Lettres Algériennes
  • 1996 Peindre l’Orient
  • 1997 La vie à l’endroit
  • 2000 Fascination
  • 2001 Cinq fragments du désert
  • 2002 Le directeur des promenades
  • 2003 Les funérailles
  • 2007 Hôtel saint Georges
  • 2010 Les figuiers de Barbarie
  • 2014 Printemps
  • 2017 La dépossession
  • 2017 Les contrebandiers de l’histoire – Pamphlet

 

 

 

Coucou à tous les abonnés et followers

Comme vous avez dû vous rendre compte, les articles sont comme les jours. Ils se suivent et ne se ressemblent pas. Je parle de la forme, de la présentation.

drops-of-water-578897__340En effet, j’ai décidé de faire évoluer la présentation afin de vous proposer le maximum d’écrivains. Rassurez-vous, je continue à miser sur la qualité. Donc, je vous présenterai des auteurs de différents pays, leur style  d’écriture, leurs différents engagements littéraires et leur bibliographie. Ce qui vous permettra de faire plus facilement le choix dans les romans que vous découvrirez et de passer de bons moments de lecture. Une fois par mois, je vous proposerai une oeuvre. Si vous avez des écrivains Africains ou Antillais à proposer. N’hésitez pas .

europe-2262154__340Je vous remercie de vous intéresser à mon blog qui sans vous n’est rien. Sachez que vos remarques seront toujours prises en compte. Ceux qui ont pris contact avec moi pour me faire part de leurs idées savent que leurs conseils sont pris en compte. Je les en remercie car ensemble nous faisons évoluer ce blog. Je vous remercie encore et n’hésitez pas.

Aminata Sow Fall – Ses oeuvres

J’ai envie de vous parler de certains romans de cette grande Dame de la littérature Sénégalaise. Aminata Sow Fall est une écrivaine que je suis depuis des décennies. Ses écrits ont été au cœur de mes devoirs, de mes discussions de collégienne, puis de lycéenne et enfin, de lectrice. Elle a toujours mis en lumière  les maux sociétaux qui réveillent les consciences humaines, interrogent cette part de soi que l’on ne souhaite pas questionner forcément. Les sujets de ses écrits sont criants d’actualité.

la-greve-des-battuDans La grève des Bàttu, elle interroge l’un des travers de l’Humain, pas seulement au Sénégal: le regard que la société dite nantie pose sur ses pauvres, ceux que la vie n’arrête pas de malmener. Partout dans le monde, la pauvreté est devenue politiquement incorrecte et doit être cachée aux yeux des bien pensants. L’éradiquer serait le bon mot. Alors, imaginez que ces mendiants, ceux qui remplissent les cours de miracles se révoltent. En effet, du jour au lendemain, ils refusent la charité que leur font les gens car ils manifestent contre la décision du gouvernement: les tenir éloignés des grandes villes, être relégués comme des ordures dans des endroits très éloignés. Dans un pays où il est de coutume de faire la charité à la sortie de la mosquée, pour réussir un examen, pour éloigner un cauchemar, etc. cette révolte va chambouler la société et démontrer la place que détient cette population invisible.

Dans Douceurs du bercail, le thème de l’émigration est vécu de l’intérieur. Aminata SowSowfalldouceur Fall interroge la place de tout migrant dans un pays qui ne reconnaît pas ou veut ignorer ses droits les plus élémentaires. On se retrouve face à l’accueil des migrants dans un pays occidental. Cet accueil caché, ignoré des communs des mortels. Qui fait ressortir la part sombre de l’humain du moment qu’il légitime ses actes par une pseudo-loi. Actuellement, le Monde occidental s’interroge beaucoup par rapport à ce sujet. L’accueil de ces personnes aussi. Ces derniers subissent souvent un accueil qui annihile toute dignité humaine et relaie l’Humain au statut même pas dévolu à un animal. Aminata Sow Fall pense qu’une solution existe pour ces personnes en errance. Et si cette solution se trouvait simplement dans ce pays que ces hommes cherchaient à fuir?

revenantLe revenant  égratigne la société  sénégalaise dans un de ses travers les plus criants: le paraître, grimper l’échelon social à coups de billets de banque. Des travers qui prennent la place de traditions: les dépenses astronomiques lors de cérémonies tels que les baptêmes, mariages, enterrements… qui poussent à l’endettement. Bakar, le héros, met en place un moyen de payer ses dettes en volant l’argent de son propre enterrement. A travers le suicide moral du héros, c’est un suicide sociétal que dépeint l’écrivaine avec ce style simple, clair et net qu’on lui connaît si bien.

L’appel des arènes relate un fait chronique dans les sociétés africaines. Aminata Sowarènes Fall y décortique le comportement de ceux qui, après des études à l’étranger reviennent au pays pour couper les liens avec leur entourage. Ils se sentent en effet « supérieurs » aux autres et s’enferment dans un monde. Leur monde. Celui qui se libère du carcan des traditions. Celui qui renvoie l’Humain à une rupture avec la famille agrandie. Comment remédier à cette césure?  Cette rupture qui agrandit le fossé qui sépare cette nouvelle classe imbue de ses connaissances. Est-ce trop tard pour y remédier? Est-ce possible pour la nouvelle génération issue

La plume de Aminata Sow Fall est criante de vérité. Les mots sont simples. Pleins d’humours et dépeignent la société avec un grand réalisme et beaucoup d’humour. Quelle que soit l’époque de parution de ses romans, les sujets restent brûlants d’actualité. Tout est dépeint avec une plume légère, mais ne laisse pas les consciences indifférentes