Driss Chraïbi, le rebelle Marocain (1926-2007)

Eh oui, nous continuons dans la veine du roman policier. Nous allons du côté du Maghreb pour faire connaissance avec un écrivain haut en couleur et qui ne connaît pas la langue de bois.  Je l’ai déjà dit et je le redis encore, j’adore les écrivains Maghrébins. Ils sont un brin torturés ou écartelés par des choix machiavéliques. Ce qui donne toujours des romans d’une grande richesse, d’une grande finesse. Quand je referme leurs livres, mon cerveau fait un brain storming qui n’est pas désagréable. Driss Chraïbi est un de ces auteurs que je prends toujours plaisir à lire._la-civilisation-ma-mere chraibiinspecteur Ali Chraibi

Il est né le 15 juillet 1926 à El Jadida au Maroc et s’installe en France en 1947. Il est le rebelle qu’on peut aimer ou haïr car il pose sa plume là où il fait mal socialement. L’encre de sa plume est le vitriol. La conscience sociétale ne se repose pas avec lui. Au contraire. Dès son premier roman Passé simple (1954), il montre sa future ligne de conduite. Il y parle de conflits de générations.  Il y attaque la tradition Marocaine qu’il trouve pesante. Les attaques des « bien-pensants » ne tardèrent pas. Certaines vérités ne sont pas bonnes à dire et ce n’est pas ce que pense Driss Chraïbi. Il gardera toujours ce style caustique jusqu’à sa mort, le 1er avril 2007.le passé simple chraibi

Dans Mère du printemps (1982), il défends les Berbères et parle de la libération de la femme. Dans Les boucs (1955), il dénonce le racisme anti-Maghrébins, le sort de ses frères sur le sol Français. Il atteint les sommets du caustique avec Civilisation, ma mère (1972) où il plaide en faveur de l’émancipation de la femme. Il y salue la renaissance et la liberté de la femme. L’inspecteur Ali (1991) décrit avec beaucoup d’humour les tribulations et les conditions d’enquêtes d’un inspecteur. Comme tout écrivain, il arrive un moment où l’on se retrouve face à soi. C’est le cas de Driss Chraïbi qui écrit son autobiographie en 2001 le monde à côté. Je pense que c’est le seul roman où il laisse les boucs chraibiparler la tendresse, les éclats de rire, les souvenirs.

Vous avez compris. Si vous aimez mettre les pieds dans le plat, connaître le monde sans voile, Driss Chraïbi est l’écrivain qu’il vous faut. Vous garderez toujours un bout de son monde au creux de votre âme et ce n’est pas désagréable

 

BIBLIOGRAPHIE

  • 1954 Le passé simple
  • 1956 L’âne
  • 1961 La foule
  • 1962 Succession ouverte
  • 1996 Un ami viendra vous voir
  • 1981 Une enquête au pays
  • 1992 Les aventures de l’âne Khal
  • 1993 Une place au soleil
  • 1994 L’homme du livre
  • 1996 L’inspecteur Ali à Trinity College
  • 1997 L’inspecteur Ali et la CIA
  • 1998 Vu, lu, entendu – Mémoire
  • L’âne Khal invisible
  • 2004 L’homme qui venait du passé
  • 2007 Un homme debout – entretien

 

 

Publicités

Publié par

signarelee

Je suis une passionnée de littérature étrangère. Mon rêve, vous faire découvrir les littératures d'Afrique et des Antilles. Surtout, les écrivains, méconnus pour la plupart. Vous êtes tous les bienvenus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s