Le fils des cieux – Hassan Banhakeia – 2019

Quatrième de couverture

C’est l’histoire d’un garçon bossu, nommé Augustin. Il est chargé par sa mère de partir en ville pour moudre le blé. Sur son chemin, la révélation, le pouvoir et le mal le persécutent. Cette pérégrination est un récit de la Naissance. En ville, les citoyens le jugent mal quand il se montre généreux, le condamnent quand il réclame la justice. Dans le cachot, il retrouve la liberté. Cette histoire n’est pas un conte, peut-être une forme d’allégorie, de l’homme démuni.

Chronique

La différence, l’infirmité ne font pas bon ménage avec les humains. Le regard rest terrible. Les sous entendus sont dévastateurs. Augustin, malgré son jeune âge, a déjà bu sa coupe de souffrance jusqu’à la lie. Il ne connait que rejet, insultes, mépris, indifférence et désamour depuis son premier cri qui scella son entrée dans le monde. Et quel entrée! Il est né bossu, d’un père disparu et d’une mère au cœur sec. Que lui réserve la vie? Comment vit-il avec ses concitoyens?

Le chemin que parcourt Augustin pour aller à la ville moudre son blé dur, semble semé d’embûches. De rencontres hasardeuses et philosophiques. Le paysage qui l’entoure renvoie à des temps immémoriaux. Ce chemin et cette ville lui permettent  de grandir. De cheminer intérieurement au gré des rencontres. Il connaissait déjà la nature humaine. Il apprend à connaitre l’injustice qu’elle peut engendrer. A faire connaissance avec les aleas du destin. Les limites du Bien et du Mal. Un enfant bossu n’est-il pas l’oeuvre du diable? Augustin deviendra t-il la conscience d’un monde en perdition?

Le fils des cieux est une longue fuite en avant. Une fuite sans fin. Face à l’humain et à sa suffisance. Face à la stigmatisation. Face au déni d’une humanité, d’une enfance tuées dans l’oeuf. Finalement, l’humains a t-il une conscience? Un proverbe antillais dit « plus tu portes des haillons, plus le chien s’y accrochera« . La guigne attire la guigne. La misère appelle la misère. Augustin, malgré lui, portera le fardeau de l’humain. De l’inhumain. Il est le fils des cieux. De quels cieux?

Note 18/20

9782343189925   Ed. l’Harmattan    Coll. Lettres du Monde Arabe   114 p.    13€

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s