La princesse de Tiali – Nafissatou Niang Diallo – 1987

Quatrième de couverture

Les pesanteurs d’une tradition immuable font des griots, modernes troubadours, les sous-produits d’une société inégalitaire. Ceux de Mboupène, vassaux de la principauté de Tiali, n’ont d’autre alternative que la résignation. Et voilà qu’à ces serfs mal nommés, le droit à la sépulture est refusé. Il leur faudra dorénavant pourrir dans les troncs des baobabs de Gouye Guéol!

Contre cette malédiction qui dévoile à la gent griotique toute l’horreur de sa condition, une seule panacée: l’amour. Et quel amour! Celui d’un nain pour une « intouchable ». Le prince de Tiali, Bocar Djiwan Malick, veut Fary Mboup dans son harem. Or le cœur de la perle de Mboupène ne bat que pour l’angélique Gana Mboup. Mais, il faut détruire Gouye Guéol. Et le prix en est le sacrifice de soi. Epouse malheureuse, mais princesse omnipotente, elle fera le bonheur des siens en brisant leurs chaînes, à défaut de pouvoir faire son propre bonheur.

Chronique

Une histoire qui pourrait commencer par « il était une fois, aux frontières de la savane africaine« . Dans un village où la  vie n’est pas si paisible, l’histoire d’un peuple. D’une caste. D’une famille. Une histoire ou plutôt la légende. Celle de Fary, une jeune femme, griotte et d’une pauvreté sans commune mesure, convoitée par un prince qui n’a rien d’un prince charmant. Comment évoluera cette histoire d’amour à sens unique? Comment se terminera t-elle?

La princesse de Tiali évoque une période de l’histoire du Sénégal. De l’histoire des griots. Un récit qui évoque leur lien avec les baobabs: arbres dans lesquels reposaient leurs morts. Une période consignée dans des chants plusieurs fois centenaires. Nous découvrons les coutumes de l’époque. Les coutumes et les us relatifs à la vassalité. Le rôle primordial de la reine-mère au sein d’un royaume. C’est l’histoire d’une union que tout le monde considéra comme maudit.

La princesse de Tiali est l’histoire d’un sacrifice. Celui d’une femme. Pour sauver l’honneur de sa caste. Mais, que savent les siens de ce sacrifice?  Ce qui est sûr, c’est qu’elle boira sa coupe jusqu’à la lie. Une femme qui assuma ses choix ainsi que son destin. Elle assuma aussi son amertume. Son cœur brisé. Que de force. Que de douleur dans cette vie. Fary, une femme qui à jamais lutta pour les droits des griots: sa famille.

Note 18/20

9782723360956    Nouvelles Editions Africaines du Sénégal     225 p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s