FLORENCE ONYEBUCHI EMECHETA (1944 – 2017) dite Buchi Emecheta Mère Courage

Voici une écrivaine que j’ai découverte par le plus grand des hasards. En effet, j’ai craqué sur un de ses livres parce que les pages étaient roses. Comme quoi, des fois, certains choix peuvent changer le cours d’une vie. Il s’agissait de « la cité de la dèche ». Depuis, je suis accro.

Buchi Emecheta est née au Nigéria, à Lagos, le21 juillet 1944. C’est une écrivaine anglophone. Certains de ses romans ont été traduits en français. Elle se marie  très jeune (16 ans) et va suivre son époux au Royaume Uni. Dans cet univers étranger, elle est victime de violences conjugales. elle se sépare alors de son époux, après que ce dernier ait détruit son premier manuscrit (la dot qu’elle a réécrit entièrement).

Désormais, ce sera seule qu’elle élèvera ses cinq enfants tout en menant de front des études de sociologie et un travail. Elle sera titulaire d’un Doctorat de Sociologie.  Cette période sera assez difficile et elle la racontera dans ses romans. Chaque femme exilée, mère célibataire ou non, se reconnaît facilement dans ses écrits. Les douleurs de l’exil sont les mêmes pour tous. Après l’obtention de son doctorat elle travailla en tant que journaliste, de sociologue

En effet, dans ses écrits, Buchi Emecheta aborde souvent le sujet de l’émigration, la lutte pour l’égalité, les problématiques féminines telles que l’inégalité sociale, la recherche de la confiance en soi.

En 2010, elle a été victime d’un AVC (Accident vasculaire cérébral). aussi, avait-elle du mal à écrire  et à se déplacer. Elle s’est éteinte à Londres (Royaume Uni) le 27 janvier 2017.

 

BIBLIOGRAPHIE

  • Cité de la dèche (in the ditch)  roman 1972 trad. 1995 _ les difficultés rencontrées par une Africaine pour s’intégrer dans la société Britannique
  • Citoyen de seconde zone (second class Citizen) roman 1974 trad. 1998 – Lutte contre le racisme d’une mère célibataire pour trouver du travail
  • La dot roman 1976 trad. 1998 manuscrit brûlé par son époux et qu’elle réécrivit entièrement-  aborde le face à face entre l’Afrique traditionnelle et l’Afrique moderne au travers d’une jeune femme
  • A slave girl nouvelle 1977
  • Naira power (pouvoir du naira, monnaie Nigériane) – Le titre parle de lui-même
  •  Les enfants sont une bénédiction (the joy of motherhood) roman 1994 Aux lendemains de l’indépendance, une villageoise s’installe en ville  et lutte pour offrir à ses enfants une bonne éducation
  • Head above the water autobiographie 1994
  • The rape of Shavi 1985
  • destination Biafra 1982
  • Double joug 1982 trad. 2001
  • Kehinde 1994
  • In the new tribe 2000
  • Gwendolen 1989 trad. 2000
  • The Wrestling match (le corps à corps) 1980 trad. 1999
  • the moonlight bride 1980

 

Publicités

Publié par

signarelee

Je suis une passionnée de littérature étrangère. Mon rêve, vous faire découvrir les littératures d'Afrique et des Antilles. Surtout, les écrivains, méconnus pour la plupart. Vous êtes tous les bienvenus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s