Sini-Mory – Keïta Fodéba

Une nuit, l’enfant de Sini-Mory, sans motif, pleura. Toute la cour royale se mit en branle pour le faire taire. Les efforts furent vains. Il pleurait, pleurait, pleurait… Alors, Sini-Mory qui avait compris les pleurs de son enfant, prit sa petite guitare monocorde, s’assit au seuil du palais, et chanta.

L’enfant se tut. L’étrangère aux cheveux hirsutes, l’ancienne marâtre du petit village des marais, celle qui savait tout le mystère de la famille de Sini-Mory, couchée près du feu, comprit…

Elle se souvint et, confuse, bourdonna…bourdonna… bourdonna…

C’est ainsi que celle qui fit disparaître le petit chien roux de l’orphelin s’envola et devint l’ancêtre de ces grosses mouches de nos jours.

A ce moment, je le répète, les animaux parlaient comme les hommes.

Aube Africaine

Publicités

Publié par

signarelee

Je suis une passionnée de littérature étrangère. Mon rêve, vous faire découvrir les littératures d'Afrique et des Antilles. Surtout, les écrivains, méconnus pour la plupart. Vous êtes tous les bienvenus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s