Les voleurs de sexe – Janis OTSIEMI – 2016

Quatrième de couverture

À Libreville, une folle rumeur envahit la ville et crée la psychose… Dans la rue, tout le monde marche les mains dans les poches en évitant soigneusement d’approcher des inconnus… Il semblerait en effet que d’une simple poignée de main, de louches individus détroussent les passants de leurs « bijoux de famille » ! On les appelle les voleurs de sexe… C’est dans cette atmosphère électrique que, parallèlement, les gendarmes de la Direction générale des recherches mènent leur enquête sur un trafic de photos compromettantes touchant le président de la République… De son côté, la police recherche activement les auteurs du braquage qui a mal tourné d’un homme d’affaires chinois, laissant trois morts sur le carreau… À Libreville, la vie n’est pas tous les jours un long fleuve tranquille…

Chroniques

Eh oui, vous avez bien lu. Ce titre m’a plongé dans mes souvenirs et m’a fait sourire. Cette légende urbaine hante chaque année les trottoirs des villes africaines. Pour la plus grande terreur des hommes et le plus grand amusement des femmes. Tous les quartiers coupe-gorge se ressemblent à travers le monde. Ils hébergent la même faune toujours en attente d’un coup à faire. Une faune qui est toujours en train d’élaborer des coups plus ou moins foireux. C’est le cas de trois amis, des échoués de la vie. Que se passe-t-il dans les bas-fonds de Libreville, la capitale gabonaise? Entre les différentes affaires à traiter, les policiers arriveront-ils à trouver ce voleur incongru?

Comme toute ville du monde, Libreville a ses quartiers de paumés, d’ignorants des lois républicaines. Comme partout dans le monde, elle a son compte de ripoux. Certains étant plus discrets que d’autres. Dans un langage fleuri, fait de néologismes et de mots ethniques directement traduits en français, l’auteur nous raconte la vie d’un quartier de sinistrés de la vie et celle du commissariat où nul n’ignore les lois du quartier. Ce polar est écrit avec beaucoup d’humour. Il est lu entre deux éclats de rire. Pourtant, les sujets traités sont très sérieux: braquage, vol, chantages, etc. Et les macchabées, comme les feuilles mortes, se ramassent à la pelle. Qui des bandits ou des policiers gagnera cette redoutable guerre?

Libreville, au Gabon, se retrouve face à de nombreux problèmes de sécurité. Les policiers sont sur les dents. Là-dessus se greffe l’affaire des voleurs de sexe. Mythe ou réalité? Avec beaucoup d’humour et dans une écriture colorée, l’auteur nous fait découvrir le banditisme dans une ville où malfaiteurs et policiers ne sont pas faciles à reconnaître. La population est aux premières loges et ne fait confiance ni aux uns, ni aux autres. Alors, comment vont s’y prendre les policiers pour arrêter ces voleurs effrontés? Les trouveront-ils? Existent-ils vraiment? Surtout, qu’en parallèle, ils doivent enquêter sur d’autres faits. Ce roman est agréable à lire et nous fait passer de bons moments.

Note 17/20

9791092016871   Ed. Jigal   192 p.   9€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s